L’existence doit-elle être fécondée par le sens ? En sera-t-elle meilleure ?
J’ai pitié de cette gauche travestie qui cherche des héros chez ceux qui la haïssait.
L’horreur de la ville, c’est la promiscuité. Ici, le voisin est loin et on a envie de le voir ; à Moscou, à Paris, il est partout, tout près, tout autour ; on l’évite, on le fuit ; on s’en protège. La ville rend misanthrope. Seuls dans les forêts et sur le lac, on apprend à aimer les hommes.
Lorsque l’on aborde le problème de l’intégration en France, on oublie souvent de pointer un fait important : en France, on accepte toutes les religions mais on n’en aime aucune.
On ne saisit que trop rarement la grandeur de la pensée matérialiste. On voudrait réduire le matérialisme à une vue de l’esprit faisant du monde une grande machine où l’homme ne serait qu’un rouage entraîné par la nécessité ; amas d’atomes parmi d’autres déterminé par des cause...
Pourquoi faut-il choisir ?
S’il leur prend l’envie de m’envoyer au paradis, mon premier geste sera d’inscrire avec mon sang sur les murs immaculés « ni dieu ni maître ».