Notre long été – ou automne, on ne sait plus trop – touche à sa fin. Nous voilà à la veille d’une nouvelle traversée de l’Europe. Plus courte – environ 4000 km tout de même ! – que nous l’avions envisagée, mais tout aussi passionnante, nous l’espérons.

Adieu douce Italie, lac de Côme, Venise ou Vérone ; adieu Slovénie, Hongrie, Slovaquie. La fatigue, le temps et les moyens nous pressent. Pour tout dire, après notre première traversée, les festivités qui suivirent, puis le voyage à Bordeaux, le cœur y est moins et chaque kilomètre, chaque jour de voiture supplémentaires nous semblent épuisants.

Nous avons donc décidé de couper plus « droit », au cœur de l’Europe, et le programme nous ravit tout autant : la Suisse et ses montagnes, la Bavière et ses trésors, la campagne tchèque, la Pologne, dont on ne peut plus se passer, et la Biélorussie, monde inconnu et « secret » qu’il me tarde de découvrir.