L’année 2012 aura été une année riche en voyages : après l’Inde et la Chine, nous avons posé nos bagages dans le sud de l’Ukraine, au bord de la mer Noire, en Crimée, cette péninsule qui a fait l’objet de toutes
les convoitises – Cimmériens, Scythes, Grecs, Romains, Byzantins, Goths, Huns, Bulgares, Khazars, Slaves, Tatars, Mongols, Vénitiens, Génois, Turcs, Russes, Soviétiques et Ukrainiens s’y succédèrent – au cours
de son histoire agitée.

Nous partîmes de Moscou pour 22 heures de train, traversant l’est ukrainien – russophone et russophile – jusqu’à Simferopol, où nous retrouvâmes nos amis Claire, Jean-Baptiste et leurs enfants, Clémence et Raphaël – arrivés de Kiev par un « luxueux » train transformé en sauna… Tous ensemble, nous prîmes la direction d’Alouchta, ville près de laquelle nous avions réservé un logement chez l’habitant, en pleine nature. Au calme ou presque – cauchemar ! –, tant les deux gros chiens du propriétaire s’évertuèrent à nous empêcher de dormir la nuit. La présence des deux cerbères fut heureusement compensée par d’agréables soirées passées avec notre propriétaire et sa famille, au cours desquelles ils nous préparèrent quelques spécialités (plov, mouton, bortsch).

Pendant dix jours, nous profitâmes des charmes de la Crimée, dont les paysages grandioses sont encore gravés dans nos mémoires. Délicieux cocktail fait de montagnes, de mer, de chaleur, d’orages, de vieilles villes turques ou tatares, de cités balnéaires soviétiques, de grottes, de canyons, d’une nourriture orientale savoureuse et de vins locaux chargés de soleil… Ajoutez à cela une pincée de parties de cartes à la faveur de douces nuits étoilées. Moments de joie qui furent hélas encore quelque peu gâtés par la poisse qui nous collait aux basques depuis le mois de mars et notre voyage en Inde…